Transport, faire simplement apliquer le code de la route par les véhicules motorisés

Par Charles Esmenjaud, le 06 octobre 2016

Le code de la route indique qu'une voiture doit laisser 1 m quand elle double un cycliste. Les voitures ne doivent pas se garer sur les pistes cyclables. quand un conducteur ouvre sa porte il doit bien sur vérifier si il n'y a ps u cycliste qui va arriver.
Les voitures doivent respecter les sas vélo aux feux rouges ; elles doivent laisser passer les piétons sur les clous ...

Les situations de ce type sont très nombreuses où les automobilistes (et chauffeurs de camionnettes et autres véhicules) ne respectent pas le code de la route ; ce qui engendre risque d'accident contre le cycliste, peur de faire du vélo et donc moindre usage du vélo en ville.

La métropole doit faire appliquer le code de la route et faire des campagnes de communication en ce sens auprès des conducteurs.

Cela ne coute rien , pas d'investissements, pas de nouveaux matériels , mais un peu de courage politique ...

Partager sur les réseaux
  • Valérie MOUTON-LAURENT
    Le 14/10/2016 à 11:28

    Il est indéniable que le volet répression en ville est insuffisant au regard des incivilités quotidiennes dont sont victimes les vélos / piétons et surtout la mise en danger de ces derniers face à des véhicules de plusieurs tonnes. Certains automobilistes, sont encore trop dans leur road trip, se sentent surpuissants et ne respectent pas les autres usagers. C'est quotidien dans les rond-points que les voitures s'engagent alors qu'un cycle est déjà en train de tourner et sont devant eux. Pour certains on a l'impression qu'ils ne voient pas du tout le cycliste.

    Un gros effort d'éducation doit être fait dans leur direction. Ouvrir sa portière à la hollandaise, respecter les sas vélo, respecter absolument les passages piétons (trop souvent les voitures les grillent sans même ralentir), etc.

    Après l'éducation vient le temps de la répression, peut-être incitative dans un premier temps (faux PV) puis réelle ensuite. 130 € d'amende pour un stationnement sur voie cyclable ou passage piéton, il faudrait augmenter les verbalisations dans ce sens pour décourager les comportements égoïstes sur la route.

    A noter aussi que de plus en plus de scooter, motos empruntent les voies cyclables, parfois doublent les cyclistes sur la piste, occasionnant danger et prise de risque inutile.

    Quant la piste quai de la Fosse a été ouverte, pendant quelques semaines la police municipale a verbalisé les scooters qui prenaient la voie cyclable. Cela a permis pendant plusieurs mois qu'aucun scooter ne vienne rouler sur cette partie. Depuis plus rien et à nouveau on voit des scooter emprunter les voies cyclables sur un trottoir où des piétons aussi peuvent parfois circuler.

    Lire tout le message
    Aucune réponse
  • Emmanuel HOURDEQUIN
    Le 08/10/2016 à 12:17

    Tout à fait d'accord !
    J'ajouterai que certaines rues de Saint Sébastien Sur Loire devenues très passagères à cause de l'effet "pompe à véhicules thermiques" des ponts Senghor et Tabarly ont vu leur vitesse limitée à 30 km/h, sur la demande des riverains. Les panneaux sont bien visibles et pourtant, les véhicules ne les respectent pas, loin de là (ils font plutôt du 80 - 90 km/h que du 30 km/h). Les riverains très gênés par les nuisances et les risques occasionnés pour les piétons, les cyclistes et leurs enfants demandent des contrôles de vitesse et des amendes pour faire respecter la limitation. Ils demandent des contrôles inopinés et des radars fixes automatiques pour punir les contrevenants afin d'éviter des accidents (il y a souvent des chats écrasés, ce qui est mauvais signe pour nous et nos enfants). La police municipale répond que c'est impossible. Des contrôles très rares sont effectués mais à des mauvaises heures, ne correspondant pas au trafic de pointe (6h00 à 9h00 et 18h00 à 20h00). La police municipale renvoie la balle à la police nationale mais celle-ci a bien d'autres chats à fouetter que de contrôler la vitesse dans les rues. Ils pensent que les radars fixes automatiques risquent d'être vandalisés. De plus je pense que le maire n'a pas envie de déplaire aux automobilistes pour des raisons électoralistes car c'est très impopulaire d'embêter les automobilistes.
    Emmanuel HOURDEQUIN

    Lire tout le message
    Aucune réponse

Merci de votre participation

Du 13 septembre 2016 au 31 mars 2017, vous étiez nombreux à partager vos idées et découvertes sur la transition énergétique. Pendant les 200 jours du débat, plus de 760 contributions individuelles et enrichissements ont été rédigés par les citoyens.

Retrouvez ici l'intégralité des contributions citoyennes du Grand débat sur la Transition Energétique.