RÉDUIRE L'EMPREINTE CARBONE DES MAGAZINES PAPIER DE NANTES MÉTROPOLE

Par Julien LEMOINE, le 26 octobre 2016

Plus de 4 millions de magazines papier sont distribués par les collectivités de Nantes Métropole chaque année. collectivité.com a étudié l'impact écologique du magazine digital pour le comparer au magazine papier.

Les Magazines digitaux de collectivité.com sont 14 fois moins impactant que les magazines papier des collectivités de Nantes Métropole.

Cliquez maintenant sur les 24 communes de collectivité.com et dématérialisons ensemble la presse territoriale nantaise pour une « citoyenneté sans papier » !

Img 2061
Partager sur les réseaux
  • Emmanuel HOURDEQUIN
    Le 27/10/2016 à 13:10

    Oui mais nous sommes beaucoup plus impactés par les publicités (au minimum 1kg de papier par semaine soit 50000 g) que par les magazines de Nantes Métropole (100 g/an). Cela ne représente que 100/50000 = 0,002 soit 0,2% du problème. C'est donc négligeable (500 fois moins impactant) par rapport aux publicités dans les boites aux lettres. Avant de mettre les publications Nantes Métropole sur le web, commençons par interdire la publicité papier (des grandes marques de distribution privées - Leclerc, Carrefour, Auchan, etc.) qui, contrairement aux revues de Nantes Métropole, est complètement inutile (imaginez l'économie carbone gigantesque réalisée : 200 tonnes multipliées par 500 = 100 000 tonnes économisées au lieu des simples 200 tonnes avec les revues de Nantes Métropole… trop beau pour devenir réalité). Par contre tout le monde n'est pas ou ne veut pas être équipé en smartphone, en tablette, en ordinateur, en wifi (ce n'est pas une obligation, à ce que je sache) et a peut-être envie de recevoir quand même chez lui les informations de Nantes Métropole. De plus, l'informatique, en général, génère une énorme pollution (wifi, électricité, recyclage mal fait, dumping social et environnemental) au profit des multinationales (intérêts privés pour faire court). De plus le web, comme le téléphone est tout aussi pourri que notre courrier de publicités, tout aussi inutiles et polluantes. Par exemple, maintenant, sur le web, il y a beaucoup, beaucoup plus de publicités que d'informations et on ne peut rien faire pour la supprimer puisqu'on n’en a absolument aucun contrôle (ça se fait ailleurs que chez nous par des gens qu’on ne connaît pas, qui n’ont pas intérêt à ce que ça s’arrête et qui seront remplacés par d’autres s’ils arrêtent). On trouve même des publicités sur les 4x4 diesel dans des articles qui dénoncent que le diesel est cancérogène certain. On marche sur la tête et ce n'est pas le web qui résoudra le problème. Il ne fait que déporter et amplifier la pollution (de part sa puissance de frappe grandissante et son caractère incontrôlable). Je pense même que c’est le meilleur moyen de nous envoyer droit dans le mur, à coup sûr. C’est énormément risqué pour les intérêts collectifs et les biens communs de l’humanité. Ça me rappelle beaucoup l’histoire du cheval de Troie harnaché d’or offert aux Troyens comme cadeau. Ils l’ont accepté et se sont bien faits berner par cette grossière ruse de guerre, ce qui a entraîné leur chute après dix ans de siège infructueux (et tant pis pour eux, ils n’avaient qu’à être moins c...).

    Lire tout le message
    • Julien LEMOINE
      Le 28/10/2016 à 20:26

      D'après le ministère de l'écologie et du développement durable 7% de ce chiffrage sur les imprimés publicitaires sont des imprimés de collectivités : * Sources (1) (4) (6) (7) (8)

      - 2,8 milliards d'euros de budget investi dans l’Imprimé Sans Adresse
      - 830 000 tonnes de papier par an
      - 40 kg de déchets papier par boîte aux lettres
      - 110 millions de coût de traitement des déchets pour les collectivités (TEOM)
      - 2,7 millions d'arbres en moins du fait de ces productions
      - 1,9 milliards de KWh nécessaires à la production des imprimés
      - 561 600 tonnes de C02 générées par l'industrie
      - 5,73 milliards de litres d'eau

      Chaque tonne de papier recyclé peut sauver 17 arbres, trois mètres cubes d’espace d’enfouissement, 4000 kilowatts d’énergie, et 7000 litres d’eau.17 arbres sauvés, ce sont des arbres qui peuvent absorber un total de 250 kg de dioxyde de carbone de l’air chaque année.
      * Sources (6) (5) (4)

      S'informer en ligne réduit donc l'impact et protège l'environnement

      En France, comme sur Nantes métropole, plus de 1 citoyen sur 3 déclare lire la presse sur écran, tablette ou smartphone.* Sources (3)

      Plus de 150 000 millions de magazines de collectivités sont distribués par an par nos collectivités avec une moyenne par foyer de 15 publications par boite aux lettres. * Sources (2)

      « La métropole nantaise représente 1% de la presse territoriale française. Chaque année plus de 2 millions de magazines papier sont distribués sur Nantes métropole pour autant d’euros dépensés. A l’heure actuelle les 24 communes et la métropole génèrent par an pour 300 tonnes de papier : 300 tonnes de bois, 2 000 tonnes d’eau, 600 000 KWh et 200 tonnes de C02. »

      La métropole produit-elle à elle seule les 15 parutions annuelle de la moyenne nationale ?

      (a) : La population de Nantes métropole est de 609 198 habitants avec 309 150 logements.
      309 150 logements par 15 parutions en moyenne nationale donne 4 637 250 magazines de collectivités entre les communes, les villes, la métropole, le département et la région pays de Loire. *Sources Insee 2013

      (b) : Nantes Métropole est composée de 24 communes dont 75% sont des villes de + de 5 000 habitants et seulement 25% soit 6 communes ont – de 5 000 habitants. On sait que par an :
      Le journal de Nantes métropole fait 31 pages et est tiré 6 fois par an à 343 700 exemplaires soit 2 062 200 exemplaires. Le journal de Nantes fait 61 pages et est tiré 10 fois par an à 189 500 exemplaires soit 1 895 000 exemplaires. Le journal de Rezé fait 24 pages et est tiré 10 fois par an à 21 000 exemplaires soit 210 000 exemplaires. *Sources de données des collectivités
      En additionnant seulement 3 collectivités sur 25 nous sommes déjà à 4 167 200 magazines tirés.

      (c) : En gardant les 10 parutions de la ville de Rezé et les 6 parutions de Nantes métropoles sur un an on peut réaliser ainsi une enquête citoyenne :
      Résultat plus de 1kg (1100 g) de papier recyclé par boite aux lettres nantaise. 1kg par le nombre de foyers de Nantes métropoles et nous sommes donc à notre chiffre de 300 tonnes de magazines papier sur la métropole. Cela sans les parutions supplémentaires du département Loire Atlantique et de la région Pays de Loire. *Sources (9) (10)

      Nantes métropole dépasse donc aisément la moyenne nationale par boite aux lettres françaises.

      Sur Nantes métropole les citoyens sont des mobinautes donnant aujourd’hui à la métropole une importante synergie et une puissance de communication territoriale: *Sources (3) collectivité.com
      100 % des communes de Nantes métropole ont un site internet.
      100 % des communes de Nantes métropole ont un kiosque numérique.

      Le papier recyclé est coûteux du point de vue environnemental ?

      Les 300 tonnes de magazines papier de Nantes métropole représentent 5 000 arbres, 1 million de kilowatts d’énergie et 2 millions de litres d’eau. 17 arbres sauvés de la part de Nantes métropole peuvent absorber un total de 250 kg de dioxyde de carbone de l’air chaque année.
      * Sources (4) (5) (6) (7) (8)

      collectivité.com fédère numériquement la métropole nantaise pour réduire l’impact du papier. Ensemble on effectue dès maintenant une transition énergétique du papier au digital. Demain Nantes devient la première métropole vers une « citoyenneté sans papier ».

      1/ http://www.developpement-durable.gouv.fr/Stop-pub-moins-de-prospectus-dans.html
      2/http://fr.slideshare.net/mobile/nastassjakorichi7/les-grandes-tendances-de-la-presse-territoriale
      3/ http://mobile.lemonde.fr/actualite-medias/article/2016/09/22/bientot-autant-de-lectures-de-presse-numerique-que-print_5001770_3236.html?xtref=acc_dir
      4/ http://www.bonial.fr/shared/content/uploads/sites/3/2011/07/Rapport_Environnemental_PetitsGestesEcolos.pdf
      5/ http://www.bonial.fr/info/empreinte-carbone-prospectus/
      6/ http://entreprise-environnement.org/recyclage-du-papier/
      7/ https://www.mouvement-leclerc.com/file/download_file/67
      8/ http://www.planetoscope.com/papier/704-distribution-de-prospectus-publicitaires-en-france.html
      9/ http://mobile.francetvinfo.fr/monde/environnement/un-homme-declare-la-guerre-aux-prospectus-qui-encombrent-les-boites-aux-lettres_1272151.html
      10/ http://mobile.francetvinfo.fr/france/baisse-des-dotations-de-l-etat-les-budgets-communication-tailles-dans-le-vif_1192189.html

    • Emmanuel HOURDEQUIN
      Le 30/10/2016 à 18:16

      N'empêche que ça reste négligeable devant les publicités de Auchan, Leclerc, Carrefour et autres grandes marques de distributeurs, magasins de jouets, de voitures, etc. Ça restera toujours prioritaire d'arrêter tout ces prospectus d'entreprises privées car c'est incompatible avec la sauvegarde de l'environnement, comme vous le dites très bien, avant d'arrêter les courriers de nos collectivités (mais il faudra quand même une énorme volonté politique et un sacré courage pour y arriver). Le web est, lui même, bourré (à 99,99%) de publicités, forcément stockées quelque part sur un serveur, et qui gaspillent un maximum d'énergie pour rien (sauf pour nous harceler à longueur de temps, de jour comme de nuit). Il faudrait les interdire aussi afin de sauvegarder notre environnement (puisque les deux sont incompatibles) mais, là, même la meilleure des volontés politiques et le plus grand des courages n'y parviendra pas car c'est mondialisé et on n'a plus les manettes de commande. Le meilleur moyen de contrôler un média que l'on ne contrôle pas, c'est de le boycotter. De plus, respecter tous ceux qui ne sont pas équipés ou qui ne veulent pas s'équiper inutilement en matériel électronique, extrêmement polluant est un devoir. Comme le web génère et générera de plus en plus de pollution, de nuisances et de chômage au fur et à mesure de son développement, il ne faut surtout pas s'y jeter corps et âme. Si vous voulez diminuer la pollution papier, il n'y a qu'à publier moins en limitant les articles à l'essentiel, sans oublier de demander aux gens si oui ou non ils sont intéressés pour les recevoir, ce qui limiterait d'autant les tirages, grâce à une distribution nominative (avec sauvegarde des emplois à la poste). D'ailleurs, il faut que la presse et l'édition papier continuent à vivre parce qu'il n'y a rien de mieux (ça crée plein d'emplois en local, on peut emmener son livre ou son journal n'importe où pour le lire, pas besoin de recharger sans cesse ses batteries, ça ne tombe jamais en panne, ça a une bonne odeur de papier, ça ne chauffe pas et ça ne fait pas de bruit de ventilateur quand on le pose sur ses genoux ou quand on l'emmène dans son lit, on peu le lire au soleil avec des lunettes de soleil, c'est bien plus beau et plus grand que les petits écrans pourris qui font mal à la tête, qui sont additifs avec des gens qui, les yeux rivés dessus, se font écraser en traversant la rue ou d'autres qui écrasent des gens parce qu'il consultent leurs mails en conduisant).

    • Julien LEMOINE
      Le 02/11/2016 à 16:23

      Pour votre information la grande différence entre les publications de la grande distribution et des collectivités c’est que la grande distribution ne paye pas les magazines qui se trouvent dans votre boite aux lettres, c’est le fournisseur comme Coca-cola, Nestlé etc… qui paye pour être présent sur le catalogue et avoir au final une belle tête de gondole dans le magasin. Les clients des enseignes payent donc indirectement cette publication en allant par la suite acheter dans le magasin le produit d’un catalogue. Dans ce cas le citoyen subit en étant spectateur de cette publicité.

      Alors que dans notre situation le citoyen peut devenir un acteur du changement car nous payons tous directement les magazines papier des collectivités que l’on reçoit dans notre boite aux lettres. Cela à travers les divers impôts et taxes que l’on paye à la collectivité et donc à nous même…

      De plus les publications des enseignes et des collectivités ne finissent pas dans une bibliothèque mais bien dans une poubelle ou nous payons également une taxe d’ordure ménagère la TEOM pour 110 millions € par an.

      Collectivité.com ne souhaite pas arrêter le papier mais simplement le réduire en fonction des générations non connectées peu ou très connectées. Collectivité.com est un site internet qui rassemble les collectivités et cela sans publicité. Une véritable alternative écologique (14 fois moins impactant que le papier) et économique (1 000 fois moins coûteux que les 200 millions € par an du support papier des collectivités) répondant aujourd’hui à plus d’un tiers des français qui veulent s’informer numériquement et cela sans passer par une distribution et un support papier bien coûteux pour le citoyen.

      A l’heure où les collectivités doivent faire des économies un simple clic devient d’utilité publique…

Merci de votre participation

Du 13 septembre 2016 au 31 mars 2017, vous étiez nombreux à partager vos idées et découvertes sur la transition énergétique. Pendant les 200 jours du débat, plus de 760 contributions individuelles et enrichissements ont été rédigés par les citoyens.

Retrouvez ici l'intégralité des contributions citoyennes du Grand débat sur la Transition Energétique.