Le défi familles Zéro Déchet : un pari réussi !

Les Familles Précurseurs

Depuis le début de l’année, 73 familles de l’agglomération ont eu trois mois pour tenter de réduire au maximum leur production de déchets. Le défi s'est terminé avec la fin du mois de mars, retour sur les premiers enseignements des participants en tirent déjà des enseignements intéressants et les échanges des dernières rencontres.

ATELIER FAMILLE

Une réduction spectaculaire

Pendant la première phase, en janvier, les familles avaient pour consigne de ne pas changer leurs habitudes et de mesurer leur quantité de déchets jetés. Ce chiffre était de 130kg en moyenne par personne (donnée ramenée sur un an). En deuxième phase, après un mois d’effort, elles sont passées à 88kg, soit près d’un tiers de déchets en moins entre ces deux périodes !

Un très beau résultat, sachant que ces familles étaient déjà sensibles, avant même de commencer le défi, à leur empreinte écologique, et donc produisaient déjà peu de déchets au regard de la moyenne des habitants de la Métropole.
Un grand bravo aux familles donc, surtout que c'est bien connu, les derniers kilos sont généralement les plus durs à éliminer !

Des gestes efficaces 

Pour atteindre cette moyenne, les participants ont baissé leur production de verre et bouteilles, réduit l’achat des produits avec beaucoup d’emballage et diminué le poids des ordures résiduelles grâce notamment au compostage ou au lombricompostage (la digestion des déchets organiques par les vers de compost dans un contenant appelé lombricomposteur, permettant ainsi une solution de compostage en appartement). Ils ont également lutter contre le gaspillage alimentaire ou encore apposé un autocollant Stop-Pub sur leur boîte au lettres.

Trouver ensemble des solutions

Le dernier rendez-vous, du 4 mars dernier, était aussi l'occasion d'aborder certaines difficultés rencontrées par les familles et d’essayer d’y apporter des solutions : plusieurs gestes qui favorisent la réduction des déchets sont jugés compliqués à mettre en place. L’achat « en vrac », par exemple, permet d’éviter la production d’emballage mais encore trop peu de lieux de vente offrent cette possibilité, selon les participants, même si cela se développe de plus en plus. C’est pourquoi certains participant n’ont pas hésité à en faire la remarque auprès de leurs commerçants habituels en insistant un peu pour utiliser leurs propres contenants au rayon « à la coupe ». Et ça marche !

Réduire ses déchets, une démarche à faire par étapes

Changer ses habitudes d’achat et de consommation, adopter de nouveaux comportements pour réduire et trier ses déchets, c’est un rythme à trouver conviennent les familles. Il y a une période de mise en place, d’adaptation qui nécessite de se réorganiser un peu, mais ça vaut vraiment le coup, selon elles, et c’est essentiel si on veut préserver la planète !
Les familles conseillent de ne pas appliquer tous les gestes en même temps, de le faire progressivement et de manière ludique. L’important est de s’y mettre avec plaisir et conviction, ainsi les nouvelles habitudes se mettront naturellement en place.

Initiatives locales et ateliers thématiques pour aller plus loin

DEFI FAMILLE mars2

Des projets ont été présentés pour venir enrichir la discussion :

  • Les boîtes Utiles, des boîtes pour développer le don et l'économie du partage
  • Mieux Trier à Nantes, une application pour mieux trier et réduire ses déchets, système de cartographie
  • Le groupe Zéro déchet Nantes sur Facebook, un groupe pour partager les solutions zéro-déchet localement, partager, se rencontrer...
  • L'Utilothèque de Trentemoult – Un système de prêts d’objets entre voisins

Autant d’acteurs locaux qui proposent leurs solutions en faveur du zéro déchet.Pendant que les enfants finissaient leur mascotte « Reductor », atelier animé par l’association la Cabane d’Elo et la Ressourcerie de l'Île, les parents ont travaillé collectivement sur plusieurs thématiques :

  • Les « Utilothèques » de quartiers, à l’image de celle de Trentemoult : qui permettraient de mutualiser des objets dont on n’a pas besoin quotidiennement (nettoyeurs haute-pression, scie circulaire, tronçonneuse, ustensiles de cuisine, etc.).

  • Les couches lavables : beaucoup de familles participantes ont des enfants en bas âge et sont intéressées par ce sujet, sachant que les couches classiques prennent énormément de place dans la poubelle. Sur les conseils avisés de David* et Élodie**, certains ont décidé de se lancer.

  • Faire soi-même plutôt que d’acheter : le groupe propose de créer un livre de recettes pour consommer les restes et éviter le gaspillage, mais aussi pour fabriquer ses propres produits ménagers, ou cosmétiques.

  • Le Grand Débat : plusieurs sujets ont été soulevés par ce groupe pour contribuer à la réflexion du Grand débat sur la Transition énergétique. Comment utiliser le défi comme effet démultiplicateur vis à vis des citoyens, avec quels leviers, quelles actions ? Imaginez 600 000 habitants de l’agglomération réduisant d’un tiers leurs déchets. Quel gain pour l’environnement, pour la Métropole et pour nous tous ! Mais comment faire pour que ce rêve devienne réalité et que le maximum de gens trient et surtout réduisent leurs déchets ... Ce sont justement les questions qu’ils se sont posés. Au delà des citoyens, comment engager les filières en amont (supermarchés, commerçants, marchés…) pour penser à la source la réduction des déchets : Pourquoi pas créer un défi Zéro déchet pour les professionnels ? Enfin, des actions concrètes sont imaginées comme celle de devenir référent déchet afin de conseiller l’entourage, le voisinage ou même son quartier. 

Partager sur les réseaux

Commenter